11 05 | 2012

Démystification de l'IFS

Rédigé par GAYTE Dominique

Classé dans : IBM i (AS/400)

L'IFS est pour beaucoup de développeurs et d'administrateurs IBM i (AS/400) quelque chose de mystérieux, voire d'inutile ! Et pourtant il prend de plus en plus d'importance au point d'être devenu indispensable au bon fonctionnement de ces serveurs.

Pour parler simplement, l'IFS (Integrated File System) est la structure de fichiers arborescente des AS/400, comparable à ce que l'on peut avoir sur un poste Windows, Linux ou Unix...

Il est apparu en version 3.1.0. Il existait au préalable une structure arborescente, mais bien moins performante, utilisée notamment par Office Vision et PCS... Elle est toujours présente sous le nom de QDLS mais on ne devrait plus s'en servir !

Organisation

Si l'IFS est vu par la plupart comme un simple système de fichiers hiérarchique, c'est en fait bien plus que cela. Tout d'abord l'IFS permet un accès banalisé à des systèmes de fichiers très variés : Unix et Windows notamment (on a oublié OS/2 et Netware, mais c'était aussi le cas). C'est à dire qu'une application Unix trouvera des fichiers dans l'IFS comme s'il s'agissait d'un véritable serveur Unix. Idem pour une application Windows qui trouvera des fichiers dans un système NTFS. N'oublions pas le monde OS/400 traditionnel (les bibliothèques, la base de données) qui lui aussi fait partie de l'IFS. C’est à ma connaissance unique dans le monde des serveurs d'avoir sur les mêmes disques (sans cloisonnement) des systèmes de fichiers aussi variés.

Ce qui est aussi unique, c'est qu'il y a un ensemble de commandes qui permettent de gérer de manière banalisée, aussi bien un fichier Windows qu'un programme Unix. C'est la même commande, par exemple, qui permettra de sauvegarder les deux.

Les répertoires les plus utilisés sont :

/: c'est la racine (aussi nommée root). Elle donne accès à tout l'IFS

/QOpenSys: c'est le monde Unix. Attention, les majuscules et les minuscules ont un sens

/QSYS.LIB: c'est l'OS/400 traditionnel. Vous trouverez à l'intérieur les bibliothèques et tous les objets habituels. Même si c'est possible, il est quand même déconseillé de passer par l'IFS et ses commandes pour gérer les objets de QSYS.LIB (utilisez un SAVOBJ plutôt que la commande SAV pour sauvegarder un objet, par exemple !)

/QDLS: l'ancien mode hiérarchique d'Office Vision. A éviter...

/QOPT: le lecteur de CD/DVD

/www: c'est à ce niveau que vous trouverez tous les éléments de configuration de vos sites web gérés par l'IBM i. Il y a des pages HTML, PHP...

/home: contient les répertoires éventuellement associés aux utilisateurs

On gère l'IFS essentiellement à partir de trois interfaces : le traditionnel écran vert, le partage de fichiers de Windows et SYSTEM i Navigator.

enlightenedDans tout ce qui suit, nous supposerons que l'utilisateur dispose des droits nécessaires pour effectuer les différentes opérations proposées.

L'IFS AVEC UN ECRAN VERT

Voici les principales commandes utilisées avec l'IFS.

WRKLNK

WRKLNK

La commande de base pour accéder à l'IFS est WRKLNK.

Par exemple WRKLNK '/*' vous donne accès à la racine de l'IFS. Vous pourrez gérer tous le contenu de l'IFS par des 5 au niveau des répertoires dans lesquels vous souhaitez naviguer. La figure à gauche nous montre le résultat de cette commande.

WRKAUT

Les droits dans l'IFS sont gérés à l'aide de la commande WRKAUT, qui ressemble comme deux gouttes d'eau à EDTOBJAUT. Mais les droits sur les données sont gérés à la mode UNIX, à l'aides de RWX (pour Read, Write, Execute).

WRKAUT

SAV

Les fichiers et répertoires de l'IFS peuvent être sauvegardés à l'aide de la commande SAV. Il est important de vérifier que les parties de l'IFS que vous utilisez sont bien sauvegardées régulièrement. La commande suivante permet de sauvegarder sur l'unité de bande TAP01 (remarquez sa notation à la mode IFS) le répertoire /www en omettant /www/apachedft :

SAV DEV('/QSYS.LIB/TAP01.DEVD')  OBJ(('/www' *INCLUDE) ('/www/apachedft' *OMIT))   

 

L'IFS AVEC SYSTEM i NAVIGATOR

Dans Systèmes de fichiers/Système de fichiers intégré, System i Navigator nous donne accès, de manière graphique à tout l'IFS.

L'IFS dans System i Navigator L'arborescence de l'IFS vue au travers de System i Navigator. A noter les dossiers partagés, tel que phpincludes, qui seront accessibles avec le partage de fichiers de Windows

Avec System i Navigator, on peut réaliser graphiquement un grand nombre d'opérations concernant les dossiers et des documents qu'ils contiennent.

Voici, par exemple, la définition de la sécurité d'un fichier. On y retrouve toutes les possibilités de la commande WRKAUT présentée ci-dessus. Gérer la sécurité de l'IFS par System i Navigator

L'IFS AVEC LE PARTAGE DE FICHIERS DE WINDOWS

Le partage de fichiers Windows et mis en œuvre  avec la fonction NetServer. Il faut que le serveur associé soit démarré (vérifier, par exemple, avec System i Navigator, dans Réseau/Serveurs/TCP/IP).

A partir de n'importe quel poste Windows du réseau, il est possible d'accéder aux dossiers qui sont partagés. Ce partage est défini avec System i Navigator, en lecture et/ou écriture. L'IBM i se comportera ensuite comme un véritable serveur Windows. Un identifiant et un mot de passe (AS/400) pourront vous être demandés à l'ouverture du partage.

A noter, que les imprimantes de l'IBM i peuvent aussi être partagées.

Partage Windows de l'IFS Cet exemple montre les dossiers partagés de l'IFS par le serveur IBM i qui a l'adresse IP 192.168.1.3. Remarquez l'imprimante xerox2 qui est vue comme une imprimante partagée Windows.

Pour des questions de sécurité, évitez de partager la racine (/) et /QSYS.LIB, surtout en écriture, afin d'éviter toute erreur de manipulation qui pourrait avoir des conséquences dramatiques pour l'IBM i.

 

Nous espérons que cet article vous a été utile. En consultant notre site web, vous trouverez des informations complémentaires sur notre page consacrée à l'IBMi (AS400)

Vous avez des questions ? Des remarques ? N'hésitez pas à nous contacter en cliquant ici : Notos, votre expert IBMi

 

Mots clés : as/400, IFS, AS400, IBM i, OS/400, IFS
09 05 | 2012

Utiliser une OUTQ distante

Rédigé par GAYTE Dominique

Classé dans : IBM i (AS/400)

Qui n'a pas révé d'envoyer un spool sur un AS/400 distant. Simple lorsque SNA était configuré sur nos systèmes, mais ce n'est souvent plus le cas. Simple aussi, à partir de la V5R4 qui permet la sauvegarde d'une OUTQ avec ses spools (et donc la restauration sur l'AS/400 distant s'il est en V5R4 au moins). Pour les autres cas, voici un moyen rapide à mettre en place en utilisant une OUTQ distante. Le principe est le suivant : une OUTQ locale est associée à une OUTQ distante, sur un autre AS/400 (et même sur un autre serveur ou directement sur une imprimante, pour peu qu'il y ait un serveur LPD de démarré). Nous ne traiterons que le cas composé de deux IBM i (AS/400). Nous supposerons que vous disposez de tous les droits nécessaires.

Prérequis

Il faut vérifier que le serveur LPD est bien démarré sur les deux serveurs.

Taper la commande NETSTAT, puis l'option 3. Si vous voyez LPD dans la liste, c'est que le serveur est démarré (cliquer sur l'image suivante pour voir l'écran).

Sinon, il faut taper la commande STRTCPSVR SERVER(*LPD). Ce serveur sera démarré jusqu'au prochain arrêt du système. Pour avoir un démarrage systématique lors de chaque IPL, avec TCP/IP, taper CFGTCP, option 20, option 13 et mettre Autostart servers *YES pour qu’il démarre automatiquement au prochain IPL.

 

Principes

L’idée est de créer une OUTQ sur l’ancienne machine (celle qui contient les spools) qui « pointe » sur une OUTQ de la nouvelle machine. Sur l’ancien système, il suffira de déplacer un spool vers cette OUTQ pour que le spool soit automatiquement envoyé vers la nouvelle machine. Attention, on parle bien de déplacement, pas de copie, donc le spool ne sera plus sur l’ancien système !

Sur le système cible (nommé ici nouveau système)

Créer une OUTQ qui recevra le spool, par exemple CRTOUTQ OUTQ(QUSRSYS/OUTQOLD)

Sur le système source (nommé ici ancien système)

Créer la OUTQ distante (dite Remote OUTQ)                                 

CRTOUTQ OUTQ(QUSRSYS/OUTQNEW)     

        RMTSYS(*INTNETADR)        

        RMTPRTQ('QUSRSYS/OUTQOLD')  

        AUTOSTRWTR(1)             

        CNNTYPE(*IP)              

        TRANSFORM(*NO)            

        INTNETADR('192.168.x.x')  

        DESTOPT(*USRDFNTXT)       

 Remplacer 192.168.x.x par l'adresse IP du nouveau serveur.

C'est terminé ! Il reste à démarrer l'éditeur sur l'ancien système avec la commande STRRMTWTR OUTQ(QUSRSYS/OUTQNEW) et à déplacer des spools dans cette OUTQ. Attention, le spool n'est envoyé sur le système distant que s'il est en état READY, sinon, il reste en local.

 

Mots clés : AS400, AS/400, OUTQ, spool, impression
14 03 | 2012

Télécharger les PTF's pour IBM i (AS/400)

Rédigé par GAYTE Dominique

Classé dans : IBM i (AS/400)

Comment télécharger les PTF's pour un AS/400 ?

Lire la suite de Télécharger les PTF's pour IBM i (AS/400)

Mots clés : IBM i, AS400, AS/400, PTF
14 03 | 2012

Télécharger les logiciels pour IBM i (AS/400)

Rédigé par GAYTE Dominique

Classé dans : IBM i (AS/400)

Comment télécharger les logiciels AS/400 ?

Lire la suite de Télécharger les logiciels pour IBM i (AS/400)

Mots clés : IBM i, AS400, AS/400, OS/400
14 03 | 2012

Clés de licences pour IBM i (AS/400)

Rédigé par GAYTE Dominique

Classé dans : IBM i (AS/400)

Comment retrouver les clés de licences pour les logiciels IBM d'un AS/400

Lire la suite de Clés de licences pour IBM i (AS/400)

Mots clés : IBM i, AS400, AS/400, OS/400

« précédente page 4 sur 5 suivante

Qui sommes-nous ?

  • Notos, expert IBMi (AS/400) et spécialiste de l’informatisation des PME/PMI est le partenaire privilégié des entreprises qui veulent moderniser leur Informatique.
  • En savoir plus

Archives

Derniers commentaires